Additif cancérigène : pour une interdiction du E171 en Europe

Aujourd’hui, 17 décembre 2019, 14 députés Verts Belges, Luxembourgeois et Français appellent la Commissaire européenne à la santé Stella Kyriakides à interdire l’ajout de dioxyde de titane dans les produits vendus en Europe en raison des risques pour la santé.

Le dioxyde de titane ou E171, est un additif alimentaire en partie composé de nanoparticules de dioxyde de titane utilisé principalement dans les aliments tels que les confiseries, les gâteaux, les glaces ou encore les biscuits. Ce dernier ne remplit qu’une fonction esthétique dans la production de ces aliments et ne présente aucun avantage nutritionnel.

Or, en 2017, une étude de l’Institut national de la recherche agronomique français (INRA) [1] démontrait que l’ingestion de ces nanoparticules de dioxyde de titane pouvait avoir des effets délétères sur le système immunitaire ainsi que possiblement cancérogènes. Un nombre important de publications scientifiques récentes ont également remis en cause la sécurité de ce colorant alimentaire et mis en évidence les risques cancérigènes potentiels liés à sa consommation [2]. À partir du 1er janvier 2020 la France interdira donc l’utilisation de cet additif dans les aliments mis sur le marché hexagonal.

Au niveau européen, l’EFSA reconnaissait dans son dernier avis sur le E171, le 12 juillet dernier, qu’il persistait un certain nombre de lacunes dans les données et d’incertitudes en matière de sécurité alimentaire quant à l’ingestion de cet additif.

Alors que les représentants des États Membres se réuniront prochainement pour statuer sur la décision française d’interdire cet additif, quatorze députés écologistes Belges, Luxembourgeois et Français interpellent Madame Kyriakides, Commissaire européenne à la santé, afin de demander l’interdiction de l’utilisation du E171 au niveau européen.

« Lors de son audition au Parlement européen, Madame Kyriakides s’est engagée à protéger la santé des consommateurs, c’est le moment de transformer sa parole en acte. L’ajout d’additifs dangereux pour la santé est un réel sujet de sécurité alimentaire en Europe. D’autant que le E171 touche en particulier les plus petits, friands de confiseries. L’application du principe de précaution en France est une très bonne mesure qui devrait s’appliquer au niveau européen pour garantir la protection de tous les citoyens, sans distinction » s’exprimait Tilly Metz, députée européenne déi gréng, Luxembourgeoise, membre de la commission ENVI (environnement, santé publique et sécurité alimentaire).

« Mme Kyriakides présentera l’année prochaine un grand plan européen pour la lutte contre le Cancer. Pourquoi ne pas commencer dès maintenant à traiter les facteurs favorisant l’apparition du cancer en interdisant cet additif cancérogène? Ce ne serait qu’être cohérents et nous encourageons Madame Kyriakides dans cette direction » a complété Michèle Rivasi, députée européenne EELV, française également membre de la commission ENVI (environnement, santé publique et sécurité alimentaire).

[1] https://www.nature.com/articles/srep40373

[2] Avis scientifique de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments, de l’environnement et du travail (ANSES) sur les risques liés à l’ingestion de l’additif alimentaire E171, disponible sur https://www.anses.fr/en/system/files/ERCA2019SA0036EN.pdf

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.