La victoire d’Ursula von der Leyen est une défaite pour l’Europe

Réaction de David CORMAND et Michèle RIVASI, co-président·e·s de la délégation écologiste française au Parlement européen suite à l’élection d’Ursula von der Leyen au poste de Présidente de la Commission européenne.

Ursula von der Leyen vient d’être élue de justesse à la tête de la Commission européenne. Pour nous, cette élection ne répond à aucun des défis que l’Europe doit relever. Elle marque au contraire une victoire du statu quo, alors même que l’urgence de réorienter les politiques européennes n’a jamais été aussi criante.

Alors que nous avons besoin d’actions concrètes pour sauver le climat, la candidate n’a présenté qu’un catalogue imprécis de bonnes intentions. Nous ne sommes pas dupes d’un discours que nous saurons pourtant lui rappeler le moment venu. En saupoudrant des promesses parfois contradictoires à l’intention de toutes les familles politiques, elle s’est livré à un exercice qui augure mal du rôle qu’elle pourrait jouer.

Des enjeux aussi cruciaux pour notre avenir que la biodiversité ou la réforme de la PAC n’ont même pas été abordés. Ces impasses sont révélatrices d’une vision prisonnière de l’orthodoxie.

Dans son discours, elle a réaffirmé son soutien à l’accord de libre-échange avec le MERCOSUR, pourtant lourd de menaces pour nos citoyennes et nos citoyens. Surtout elle a choisi de tendre la main sans nuances à Bolsonaro, celui-là même qui encourage la déforestation, menace les vies des femmes et personnes LGBTQI, et prône le travail des enfants !

Mme Von der Leyen, aime par ailleurs à s’ériger ( comme ses soutiens au Conseil,) en rempart contre le risque fasciste. Or, elle a préféré botter en touche plutôt que de s’engager à agir pour le respect de l’état de droit en Hongrie au moyen de l’article 7 du Traité. Et de fait, c’est grâce aux voix de la Lega de Salvini et du Fidesz d’Orban qu’elle a été élue !

C’est bien une triste coalition de toutes les droites qui vient de la porter au sommet de l’Union européenne. Avec une présidente de Commission européenne affaiblie dès le soir de son élection et un Parlement godillot réduit au statut de chambre d’enregistrement des choix des chefs de gouvernement, l’idée européenne sort affaiblie de la séquence.

C’est bien la volonté de ne rien changer qui a remporté une bataille aujourd’hui. C’est bien l’espoir qu’on assassine en tournant le dos aux aspirations de millions d’hommes et de femmes qui demandent à ce que l’Europe sauve le climat, protège la démocratie, et garantisse les droits humains.

Conformément au mandat que nous ont confié nos électeurs, nous nous battrons de manière constructive pour créer chaque fois que nécessaire les majorités indispensables à la victoire de nos idées.

Partager cet article

3 commentaires

  • BLANC Gérard dit:
     - 

    Bonjour,

    Merci de nous tenir au courant régulièrement, via ce site ou une lettre d’info régulière, des positions et initiatives de nos euro-député-es verts dans cette phase de constituion des différentes instances.

    Cette transparence et information était un important engagement de campagne, respectez-le attentivement

    Amicalement
    Gérard BLANC
    élu local 73490

    • Delegation dit:
       - 

      Bonjour Gérard, merci pour votre message.
      Nous mettons nos outils de communication à jour aussi vite que possible. Tout devrait être à nouveau pleinement opérationnel bientôt.

      • Lyon dit:
         - 

        C’est toujours bien d’avoir accès à toute information utile liée aux batailles écologiques. C’est une bonne source pour populariser les sujets de l’écologie et pour résponsabiliser la société civile. On vie sur la même planète et par conséquence on doit penser aux générations futures.