Quel avenir institutionnel pour l’Union européenne ?

16 février 2017
Trois débats parlementaires autour des améliorations institutionnelles tout comme de la révision des traités européens ainsi que du fonctionnement de la zone euro, ont donné cette semaine l’occasion aux députés européens de plancher sur l’avenir d’une Union européenne que Pascal DURAND juge à bout de souffle.
 
Le projet européen de paix durable et de prospérité partagée est devenu évanescent pour beaucoup d’Européens. L’Europe, nain politique est pourtant zone la plus riche du monde. Elle fait face à une crise sans précédent mais ne peut répondre à la promesse de solidarité du fait de son déficit démocratique et de ses dysfonctionnements institutionnels.

Pascal Durand est intervenu au nom du groupe écologiste européen lors des débats dans l’hémicycle strasbourgeois mardi 14 février pour demander notamment « une démocratie équilibrée » fonctionnant sur l’intérêt général européen et non pas les égoïsmes nationaux :
 

 

Suite à l’adoption des rapports au terme des débats, il ajoute :

« L’Union européenne est à bout de souffle. Sa crédibilité ne cesse de s’effriter à mesure que son impuissance face aux défis internes et externes s’accroit.

Le Parlement énonce aujourd’hui des pistes pour faire de l’Union européenne une véritable démocratie parlementaire à même d’organiser réellement l’intérêt général au-delà des marchandages nationaux, de mettre en place des protections sociales, d’investir dans des projets d’avenir, d’organiser la redistribution des richesses et la transition écologique.

Si beaucoup d’avancées sont possibles dans les traités actuels, nous ne pourrons, à terme, construire une Europe solidaire et écologique sans les réviser en profondeur, dans le cadre d’un processus constituant démocratique validé par l’ensemble des citoyens. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*