Présentation du rapport « volontariat » à la commission développement régional

4 novembre 2009

3 novembre 2009 :

Madame la présidente, mes chers collègues,

Je tiens tout d’abord à remercier nos anciens collègues pour le travail effectué qui a inscrit 2011 comme l’année européenne du volontariat. Je souhaite également remercier chaque membre de la commission REGI pour son attention et les diverses propositions d’amendements qui améliorent les objectifs du texte de la Commission européenne.

Je pense en effet que l’ensemble des amendements proposés enrichissent réellement le texte et abordent des questions essentielles et incontournables pour faire de l’année européenne du volontariat 2011 une vraie réussite.

Je voudrais toutefois aborder avec vous mes chers collègues le contexte dans lequel aujourd’hui nous étudions ce texte: comme vous le savez, lors de notre dernière réunion de la commission REGI, nous venions juste d’apprendre la nomination du rapporteur au fond de la commission Culture, monsieur Marco Scurria.

Dans un souci de transparence et d’éthique, je vous fais part d’une réunion de l’ensemble des rapporteurs et des shadows de chaque groupe politique sur le texte qui a eu lieu à Strasbourg il y a une dizaine de jours. On m’apprenait au cours de cette réunion une accélération du calendrier dans le but de répondre aux attentes de la présidence suédoise de l’UE. J’ai alors souligné l’importance du rôle et du travail des commissions pour avis, travail sérieux et essentiel qui reflète l’image et le rôle du Parlement européen. En tant que nouvelle élue, je dois vous souligner mes chers collègues que la procédure choisie l’a été contre ma volonté.

En effet, la procédure choisie au départ était plutôt de ralentir en attendant le résultat sur le traité de Lisbonne, puis ensuite il y a eu un changement d’attitude soudain pour au contraire accélérer la procédure d’avis dans toutes les commissions, notamment la commission Emploi et affaires sociales ou la commission budget. Tout ceci pour satisfaire la présidence suédoise. Celle-ci semble visiblement tenir à ce que le texte sur l’année européenne du volontariat apparaisse dans son bilan.

Lors de cette réunion à Strasbourg, le rapporteur au fond de la commission Culture a proposé une négociation sur les amendements, sans que vous chers collègues, de même que nos collègues des autres commissions, ne puissent donner leur avis.

En tant que nouvelle députée européenne, j’accorde une grande importance au travail de fond des commissions ainsi qu’aux débats et avis qui permettent de vraies avancées sur les textes. C’est pourquoi aujourd’hui je vous propose que l’on analyse ensemble les différentes propositions d’amendements.

Pour moi, il est primordial et essentiel que la commission du développement régional émette un avis afin de rappeler par des objectifs ambitieux que l’année européenne du volontariat 2011 constitue un outil majeur pour promouvoir la citoyenneté européenne.

C’est pourquoi mes chers collègues, j’ai étudié attentivement et bien pris en compte vos amendements et je pense que ceux-ci viennent enrichir réellement le texte, que ce soit en termes d’augmentation budgétaire, de protection du volontaire, ou encore de reconnaissance de la valeur du volontariat.

Sur l’ensemble des amendements proposés, je suis satisfaite. Peu de chose à ajouter, si ce n’est peut-être une précision de forme à l’amendement n°13, dans lequel je souhaiterais remplacer le terme « délinquance » par celui, plus positif, de « désœuvrement ».

Je vous remercie donc de votre attention et j’espère de tout cœur que notre avis soit réellement pris en compte par la commission Culture. l

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Site en cours de refonte, merci pour votre compréhension